Hiro*, le héros

Rencontre fortuite

mais tellement apprenante

25 MARS

Jour 2

Nathalie à Unazaki Onsen

D'un lieu à l'autre

Toujours en chemin d’un lieu à un autre, me voici sortie de la gare de Kurube avec l’intention de me soulager de ma valise au Ryokan* qui m’attend.

Je consulte la carte que me remet l’office de tourisme, m’expliquant en japonais, où se trouve le Ryokan. Bien sûr, je ne comprends que ce que je lis sur la carte et je prends la route vers ce fameux Ryokan.

sensibilité émotionnelle

Il est 11H45 du matin, déjà 3 heures de voyage

Au bout d’une quinzaine de minutes, je constate que ma route ne croise pas une autre rue prévue sur le plan, quand bien même, elle suit bien la voie ferrée, mon point de repère. Je vois déjà certains lecteurs sourire, pensant sans doute que je ne sais pas lire une carte. Ce n’est pas tout à fait vrai, pas tout à fait faux. Imaginez-vous avec un plan sans échelle, plutôt grossier, le tout avec des caractères japonais. Hormis, la croix sur le lieu, je n’ai rien d’autre. Un peu déboussolée, (il s’agit bien d’une boussole en effet pour se guider), je m’arrête sur le bord de la route, cherchant sur quelques panneaux, un point de direction.

Sens de l'orientation mis à rude épreuve

Quand soudain, un camion se gare à proximité et un jeune homme souriant bondit vers moi, tentant de me parler et de lire sur mon visage. Visiblement, je suis perdue… Il cherche en vain quelques mots d’anglais : « left, right » et il me signale avec le bras de tourner à gauche pour revenir vers la gare, je le gratifie d’un large sourire, reprenant avec cœur mon bagage. Puis, quelques secondes plus tard,je l’entends s’approcher derrière moi à nouveau et me montre son camion en dégageant le siège avant de son camion de ce qu’il l’encombre. Je comprends qu’il propose de me conduire..

sensibilité émotionnelle

Hiro, le sauveur

J’accepte sans hésitation, l’homme parait sympathique, quoi que notre échange passe essentiellement par le regard et quelques sourires. Je m’installe donc à côté de mon chauffeur sauveur. Il prend la direction opposée de la gare donc right…Et au bout de quelques kilomètres, je commence à consulter ma carte de nouveau et à lui indiquer la croix avec le lieu. "ROOOOO" me dit-il. Il sourit à nouveau largement. Il se stationne quelques minutes plus tard sur un parking, me fait signe de rester dans le camion et revient avec une bouteille de thé et des gâteaux, me proposant de choisir. Sa générosité est belle à voir. Je le remercie d’un superbe : ありがとうございました Arigatōgozaimashita

Puis, quelques minutes s’écoulent et à l’aide de mon livre de voyage, je tente quelques mots de japonais pour connaître son prénom et son métier. Il me dit qu’il s’appelle Hiro et qu’il est livreur pour les magasins. Que là c’est le break, c’est-à-dire sa pause du midi. Je lui montre de nouveau la carte un peu inquiète, je l’avoue cette fois-ci. Il hoche la tête, plusieurs fois et sourit… Au bout de quelques minutes, voyant mon trouble, il décide de reprendre la route, toujours plus loin et à l’opposé de la gare.

Faire confiance

Nous nous approchons de la montagne. Je cherche des panneaux pour tenter de me rassurer et me dire que je suis bien dans la bonne direction mais plus je cherche, moins je trouve, et plus je suis dans l’inconfort. Où m’emmène-t-il ? Mon chauffeur est concentré sur la route et je perçois son attention vigilante. Le doute survient quelques instants puis soudainement, je décide alors de lâcher prise et de lui faire confiance.

récolte fortuite

Au bout de 5 minutes, Hiro s’exclame «Let’s go !» en éclatant de rire et en me montrant un panneau avec le nom du village où je descends : Unazuki Onsen. Il me dépose fièrement devant le Ryokan et me demande un selfie que je lui accorde avec bonheur.

Communication non verbale

Hiro, le héros, uniquement par son intelligence émotionnelle et privé d’un langage verbal, a su comprendre, observer, deviner mes sentiments et résoudre le problème auquel j’étais confronté. J’étais descendue à la mauvaise gare et éloignée en réalité de 20 kilomètres du lieu du Ryokan. Je n’avais aucune chance d’arriver à destination sans le concours bienveillant et le secours de cette personne généreuse qui a sacrifié sa pause déjeuner pour une étrangère paumée.

Merci Hiro, l’apprentissage fortuit du jour est se faire confiance et faire confiance à l’autre. Cultiver son intuition et sa sensibilité émotionnelle.

Hiro est reparti probablement heureux de sa BA de la journée. Je me suis installée heureuse de cette belle rencontre humaine.

(*) Les mots pour les dire

>dans le quotidien nippon

*Hiro, prénom japonais masculin qui signifie « l’homme qui bondit »

*Ryokan, les ryokan (旅館) sont des auberges traditionnelles et typiques du Japon. Il en existe environ 70 000 au pays du Soleil Levant.

 


Découvrez la vidéo de présentation des voyages apprenants ici : VIDÉO

Suivez le périple de Nathalie Grillet sur :

LINKEDIN      INSTAGRAM     YOUTUBE

Si vous n'avez pas lu les autres articles de cette learning expedition ?

-> Les articles 

VOYAGES APPRENANTS