Burn-out : l’épuisement professionnel

Burn-out : l’épuisement au travail

Histoire du burn-out

Introduit par le psychiatre français, Claude Veil en 1965, l’épuisement professionnel est selon lui une comparaison avec la banque. “Tout passe par elle,  chacun a un capital, donc une marge d’adaptation, c’est à dire que tant qu’il y a de l’argent sur le compte, les dépenses sont honorées, mais à découvert, toute dépense devient impossible, s’il continue, la faillite survient.”

Le terme “burn-out”, lui apparaît en 1971, et est utilisé pour la première fois par un psychanalyste allemand, Herbert Freudenberg. Il définit le Burn Out Syndrome, BOS, comme un état d’épuisement émotionnel et le compare à un incendie interne. Burn-out : se consumer de l’intérieur. 
Ce scientifique allemand évoque que « sous la tension produite par la vie, les ressources internes en viennent à se consumer comme sous l’action des flammes, ne laissant qu’un vide immense à l’intérieur. »

Burnout lépuisement professionnel

Les chiffres en France

Des études commencent enfin à quantifier le coût de l’épuisement professionnel. Le burn-out est un puissant cocktail des conséquences de la dégradation des conditions de travail. Les impacts sur la productivité et la performance de l’organisation se chiffrent en milliers d’euros chaque année. Estimé à un coût de 12 600€ par salarié et par an, par le cabinet Mozart Consulting, le mal être au travail ne se régule pas à coups de vitamine C ou de sommeil. C’est une pathologie grave qui nécessite une prise en charge de fond et un suivi médical adapté.

Votre enjeu : prévenir ou guérir les situations de burn-out

Agir en faveur de la qualité de vie au travail, c’est allier la performance économique et la performance sociale, agir sur l’organisation et les relations pour permettre aux collectifs de bien faire leur travail, bien le vivre et le faire durablement.

Parce que la perte de valeur ajoutée des entreprises françaises en raison du désengagement salarial est de l’ordre de 25%, les situations de burn-out se doivent d’être encadrées. 

La solution de Capital Homme

Deux formes d’accompagnement nous semblent essentielles :

  • une action ciblée pluridisciplinaire quand le burn-out est déjà installé
  • la prévention, pour relever le défi humaniste que représente l’épuisement professionnel, et bâtir une performance humaine soutenable.

Capital Homme a développé des protocoles spécifiques d’accompagnement des personnes et des organisations en risque ou déjà en situation d’épuisement professionnel.

Avec l’Institut de la Qualité Relationnelle, Capital Homme s’engage pour la prévention et le soin du burn out via un accompagnement pluridisciplinaire associant médecine, psychothérapie, nutrition et coaching.

Nous sommes convaincus que la résilience nécessaire au burn-out est intimement reliée à la personne elle-même et au professionnalisme des experts en charge de cette maladie.

Nous avons développé un protocole de coaching spécifique du burn out.

Pour en savoir plus consultez nos offres Qualité de vie au travail 


VOYAGES APPRENANTS